Victime ou complice ?

La fable du Samouraï

Ne vous laissez pas déterminer par les autres.

Maîtriser ses états internes et le contrôle de soi.

Autrefois, dans un village reculé du Japon ancestral, vivait un vieux samouraï respecté par ses pairs. Ses gloires de combat étaient derrière lui et il instruisait maintenant la nouvelle génération.

Un jour, l’un de ses jeunes apprentis, réputé pour son impolitesse et sa cruauté, approcha le vieux samouraï et lui lança un duel. Lorsque le sage refusa le challenge, le jeune samouraï arrogant tenta d’utiliser une tactique d’insultes et d’humiliation. Au Japon, l’honneur est tellement important que les personnes sont prêtes à mourir pour le défendre. Le jeune élève l’avait bien compris et n’hésitait pas à en jouer contre ses opposants afin de les remplir de rage pour leur faire perdre leurs moyens et qu’ils fassent ainsi des erreurs lors du combat pour les défaire plus facilement.

Comme ses insultes n’atteignaient pas son maître, le jeune samouraï décida de jeter des pierres dans sa direction. Puis, comme cela n’avait toujours aucun effet, il alla jusqu’à lui cracher dessus. Mais le vieux sage restait impassible.

Le jeune apprenti pointa alors son katana en direction de son maître qui continua de l’ignorer en poursuivant son cours avec les autres élèves ébahis par la scène.

Le jeune élève savait qu’il ne pouvait pas heurter un autre samouraï tant qu’il n’acceptait pas le challenge. C’était la loi. Tuer un homme lors d’un duel n’était pas considéré comme un crime mais en tuer un sous d’autres circonstances était punissable de mort. Le jeune garçon continua d’insulter et de provoquer le vieux sage sans succès, si bien qu’après un long moment il se sentit fatigué, irrité et honteux que son plan ait échoué. Il rentra chez lui empli d’aigreur et défait.

Exaspérés d’avoir vu leur maître résister à autant d’insultes et de provocations offensantes, les élèves l’interrogèrent :

— Comment avez-vous pu supporter une telle humiliation ? Pourquoi n’avez-vous pas relevé son challenge ? Vous n’étiez pas effrayé et l’auriez très certainement défait ?

Ce à quoi le vieux samouraï marqua un long silence avant de répondre :

— Si quelqu’un vous offre un cadeau et que vous le refusez, à qui appartient le cadeau ?

— À son propriétaire, suggéra l’un des élèves.

— C’est exact. Et bien, sachez que cela vaut aussi pour l’envie, la haine et les insultes… Tant que vous ne les acceptez pas, elles appartiennent à la personne qui les porte en elle. Et avec cette leçon, nous terminons cette belle journée, dit le vieux samouraï en se levant.

Cette fable que j’ai réécrite paraît certes un poil tirée par les cheveux mais, si nous la transposons à notre échelle, c’est une situation que nous rencontrons tous lors de disputes, de conflits, etc. Cette histoire porte en elle de nombreux principes philosophiques et psychologiques fondamentaux que nous allons développer.

Est-ce 100% la faute de l’autre ?

Commençons par une citation qui régit ma vie et qui résonne comme une sorte de mantra. La voici :

“Vous n’êtes pas responsable de tout ce qui vous arrive mais vous êtes responsable de ce que vous en faites.”

Cette vision du monde ne nous vient pas des samouraïs mais tout droit de la doctrine philosophique du stoïcisme. Sans sombrer dans l’austère et l’inébranlable, les stoïciens, pleins de principes vertueux, nous enseignent que face à un événement qui nous touche, il convient de procéder en deux étapes :

Tout d’abord, une première distinction est à mener en séparant ce qui dépend de nous de ce qui ne dépend pas de nous. Dans le cas où nous sommes pris dans une panne de métro, il paraît évident d’affirmer que cela ne dépend pas de nous. Il en va de même dans le cas où quelqu’un nous insulte ou nous agresse sans raison apparente. Il paraît évident à chacun de conclure que cette agression ne dépend pas de nous.

La deuxième étape réside dans la prise de décision, consciente ou non, sur ce que nous souhaitons faire de ces événements qui nous arrivent dans la vie. Poursuivons l’exemple précédent de l’agression. Si vous vous agacez, voire vous énervez face à cet événement dont vous n’êtes pas responsable, il est d’attitude commune de considérer que l’autre en est la cause et de le tenir pour responsable de votre réaction. Pour le dire autrement, nous considérons souvent que : « C’est la faute de l’autre si je suis blessé et je n’ai aucune responsabilité à cela. »

En réalité, ce n’est pas si simple que ça et c’est dans ce deuxième précepte que tout se joue déjà.

Victime vs Complice…

Continuons au travers d’une autre citation bien à propos ici :

“Personne ne peut vous blesser sans votre coopération. Vous n’êtes blessé qu’à partir du moment où vous pensez l’être.”

Raisonnons par l’absurde un instant. Si une personne dans la rue vous traite de « fraise » ou même de « frigidaire », allez-vous le prendre personnellement ? Non ! Et pourquoi pas ?

Et bien parce que rien en vous ne croît que vous êtes un frigidaire. « Un frigidaire, n’importe quoi ! »

Mais si cette personne vous diminue, vous jette un discrédit voire vous méprise alors vous pouvez commencer à vous sentir offensé. Lorsque vous êtes critiqué et que cela vous blesse, il y a de fortes chances que les attaques de l’autre trouvent écho en vous. Vous faites alors effet de caisse de résonance.

Mon propos ici est de dire que notre responsabilité arrive toujours à un moment donné au travers de notre réaction. Quelqu’un à qui on ne laisse pas ce pouvoir, ne peut pas nous ébranler. À l’inverse, si les autres ont du pouvoir sur nous c’est que nous acceptons de leur en donner.

Cela revient à dire que nous ne sommes pas spectateurs de nos réactions mais bien acteurs. Dans une certaine mesure, nous ne sommes pas victimes de l’autre mais bien complices. En ce qui concerne notre réaction, nous devons aussi nous asseoir sur le banc des accusés !

Ce que nous enseignent cette fable et le mouvement des stoïciens de Marc-Aurèle et sa bande, est de reprendre notre part de responsabilité. Non pas sur les événements qui nous arrivent et qui ne dépendent pas de nous, mais bien sur ce que nous décidons d’en faire. Celui qui affirme qu’il n’a aucun pouvoir sur ses états internes vit dans une illusion.

D’ailleurs, si vous tendez l’oreille et que vous écoutez bien, vous entendrez que votre réaction dit quelque chose de vous.

L’interne est plus fort que l’externe.

Une parole n’est pas blessante sans raison et nous apporte des indices sur une blessure non cicatrisée ou un problème en cours. Tendez l’oreille et vous entendrez que ça parle de votre insécurité. Vous entendrez que vous doutez de vous sur ce sujet précis adressé par l’autre et qu’une partie de vous est d’accord avec sa perspective. Ou qu’une partie de vous ne s’est pas complètement réconciliée avec cet aspect.

Si l’autre vous traite d’égoïste, de mauvais(e) père/mère, de personne hautaine, etc. et que vous vous sentez blessé, alors vous admettez qu’il y a une part de vérité dans ses propos tenus à votre encontre. Si vous êtes honnête avec vous-même, vous admettrez volontiers que oui, par moments, vous vous sentez égoïste, un mauvais parent, hautain, etc. Vous n’aimez pas cette partie de vous et ça résonne.

Et écouter là où ça résonne en vous est important.

Dans ces cas-là, accordez-vous à vous-même de l’empathie. Accueillez cette réaction sans vous blâmer en reconnaissant que vous n’êtes pas parfait. Questionnez-vous sur comment faire pour aller mieux plutôt que de focaliser la responsabilité sur l’autre.

Si au contraire, vous êtes convaincu que les propos tenus par l’autre ne vous qualifient pas (sans sombrer dans le déni) et que vous réagissez vivement alors c’est que l’externe ébranle facilement votre stabilité interne.

Einstein le formule d’ailleurs très bien :

“Les changements extérieurs commencent toujours par un changement intérieur d’attitude.”

Se laisser affecter et influencer par les visions des autres peut être compréhensible le temps de l’enfance, mais en grandissant, gagner en autonomie dans votre volonté, votre motivation, et sur le regard que vous portez sur vous-même est clé.

Sans aller jusqu’à dire qu’il ne faut jamais se remettre en question ni écouter aucun feedback, avoir suffisamment de recul sur qui vous êtes, vos valeurs profondes et ce que vous voulez entreprendre dans la vie ne doit être ébranlé par personne.

D’ailleurs, cela va dans les deux sens. Que ce soit une critique ou un compliment, vous n’avez besoin ni de l’un, ni de l’autre pour vous déterminer.

Nous avons le pouvoir de les recevoir ou de ne pas les accepter. Sans parler d’autodétermination, vous avez la puissance et la responsabilité de maîtriser cela. Et si l’externe affecte facilement votre interne alors posez-vous un instant pour introspecter et faire le point.

Chercher à être heureux au travers du regard des autres est-il un modèle de sagesse ou de bonheur ?

À l’image du samouraï qui laisse l’autre l’insulter, le provoquer, sans se laisser dicter sa conduite, sans se laisser déterminer par des paroles externes, sans dévier de son but, ne vous laissez pas distraire par l’avis des autres et leur manière de penser.

Ne vous laissez pas déterminer par les autres.

--

--

CEO of Kontre Kourant — Brain lover & Ultra runner

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store