VOTRE IDENTITÉ PERSONNELLE, PASSÉE, PRÉSENTE ET FUTURE.

Qui sera votre futur vous ?

Conversation avec vous-même (2/2)

Cet article est le 2ème de cette dilogie sur l’identité personnelle. Retrouvez le premier article >ici<.

Un plan de vie à la Bruce Lee ?

L’histoire, bien qu’écourtée, n’en est pas moins belle et riche d’enseignements. En effet, même décédé à l’âge de 32 ans, Bruce Lee a marqué son passage en devenant un personnage très influent du 20ème siècle et cela n’est pas arrivé par hasard. Bien au contraire, Bruce Lee a atteint tout ce qu’il avait dit (ou plutôt écrit) qu’il atteindrait dans sa vie. En peu d’années, il réussit à impacter les films et les arts martiaux de sa personne à tout jamais.

Et tout cela, grâce à une lettre et à la mentalité qui se cache derrière. L’histoire est-elle romancée voire même exagérée ? À peine, et je vous propose de tirer des enseignements de ses écrits collectés dans les livre Letters of the Dragon & Striking Thoughts.

Bruce Lee se mit à écrire jeune. Déjà à l’âge de 21 ans, 3 ans après avoir quitté Hong Kong et alors étudiant à l’Université de Washington, il écrivit une lettre à un ami d’enfance, Pearl Tso.

Cette lettre est tout bonnement phénoménale, déborde de confiance en soi et contient de nombreuses idées et philosophies qui régiront sa vie. Bruce Lee y parle de ses rêves, de leurs matérialisations dans le monde réel et de sa mesure du succès pour lui-même.

Voici la lettre originale (en anglais) que vous pouvez prendre le temps de lire, ou bien sauter directement aux conclusions en continuant la lecture ci-après.

Dear Pearl,

This letter is hard to understand. It contains my dreams and my ways of thinking. As a whole, you can call it my way of life. It will be rather confusing as it is difficult to write down exactly how I feel. Yet I want to write and let you know about it. I’ll do my best to write it clearly and I hope that you, too, will keep an open mind in this letter, and don’t arrive at any conclusions till you are finished.

There are two ways of making a good living. One is the result of hard working, and the other, the result of the imagination (requires work, too of course). It is a fact that labor and thrift produce a competence, but fortune, in the sense of wealth, is the reward of the man who can think of something that hasn’t been thought of before. In every industry, in every profession, ideas are what America is looking for. Ideas have made America what she is, and one good idea will make a man what he wants to be.

One part of my life is gung fu. This art influences [me] greatly in the formation of my character and ideas. I practice gung fu as a physical culture, a form of mental training, a method of self-defense, and a way of life. Gung fu is the best of all martial art; yet the Chinese derivatives of judo and karate, which are only basics of gung fu, are flourishing all over the U.S. This so happens because no one has heard of this supreme art; also there are no competent instructors…I believe my long years of practice back up my title to become the first instructor of this movement. There are yet long years ahead of me to polish my techniques and character. My aim, therefore, is to establish a first Gung Fu Institute that will later spread out all over the U.S. (I have set a time limit of 10 to 15 years to complete the whole project.) My reason in doing this is not the sole objective of making money. The motives are many and among them are: I like to let the world know about the greatness of this Chinese art; I enjoy teaching and helping people; I like to have a well-to-do home for my family; I like to originate something; and the last but yet one of the most important is because gung fu is part of myself.

I know my idea is right, and therefore, the results would be satisfactory. I don’t really worry about the reward, but to set in motion the machinery to achieve it. My contribution will be the measure of my reward and success.

Before he passed away, some asked the late Dr. Charles P. Steinmetz, the electrical genius, in his opinion “What brand of science would make the most progress in the next twenty-five years?” He paused and thought for several minutes then like a flash replied, “spiritual realization.” When man comes to a conscious vital realization of those great spiritual forces within himself and begins to use those forces in science, in business, and in life, his progress in the future will be unparalleled.

I feel I have this great creative and spiritual force within me that is greater than faith, greater than ambition, greater than vision. It is all these combined. My brain becomes magnetized with this dominating force which I hold in my hand.

When you drop a pebble into a pool of water, the pebble starts a series of ripples that expand until they encompass the whole pool. This is exactly what will happen when I give my ideas a definite plan of action. Right now, I can project my thoughts into the future, I can see ahead of me. I dream (remember that practical dreamers never quit.) I may now own nothing but a little place down in a basement, but once my imagination has got up a full head of steam, I can see painted on a canvas of my mind a picture of a fine, big five or six story Gung Fu Institute with branches all over the States. I am not easily discouraged, readily visualize myself as overcoming obstacles, winning out over setbacks, achieving “impossible” objectives.
Whether it is the God-head of not, I feel this great force, this untapped power, this dynamic something within me. This feeling defies description, and [there is] no experience with which this feeling may be compared. It is something like a strong emotion mixed with faith, but a lot stronger.

All in all, the goal of my planning and doing is to find the true meaning in life — peace of mind. I know that the sum of all possessions I mentioned does not necessarily add up to peace of mind; however, it can be if I devote [my energy] to real accomplishment of self rather than neurotic combat. In order to achieve this peace of mind, the teaching of detachment of Taoism and Zen proved to be valuable…

Probably, people will say I’m too conscious of success. Well, I am not. You see, my will to do springs from the knowledge that I CAN DO. I’m only being natural, for there is no fear or doubt inside my mind.

Pearl, success comes to those who become success-conscious. If you don’t aim at an object, how the heck on earth do you think you can get it?

Warm regards,
Bruce

Trois aspects de cette lettre ont particulièrement attiré mon attention.

  • Un : sa confiance absolue en lui-même. Pas de place à la peur, ni au doute, il allait se passer ce qu’il avait prévu.
  • Deux : son objectif était dirigé vers le fait de contribuer à la société et d’aider les gens et non pas sur le fait de gagner des millions — qui ne seraient au final que la résultante de sa contribution au monde et de son impact.
  • Trois : son but, sa mission de vie. Il l’appelle « la force spirituelle » (et Simon Sinek l’appelle le « why »). Trouver son « pourquoi » est essentiel. Beaucoup de personnes parlent du « pourquoi » sans savoir ce qu’il en ressort vraiment mais une fois que vous l’avez, tout le reste devient plus simple et en découle naturellement par la suite.

Bien sûr que Bruce Lee n’avait pas tout planifié dans le détail ni prévu de mourir à 32 ans. Le plus important dans cette histoire c’est qu’il prit le temps de s’asseoir et de laisser son esprit s’exprimer sur papier sur ce qu’il voulait atteindre dans la vie. Bruce Lee prit le temps de trouver son but de vie et de se donner une ligne directrice en visualisant le résultat et en se donnant des échéances.

Pour clore cette histoire, 7 ans plus tard et moins de 4 ans avant son décès, Bruce Lee écrivit une autre lettre, plus médiatique, plus concrète et moins spirituelle, retrouvée dans les archives de Letters of Note (traduite ci-dessous). À 29 ans, il n’est pas encore la légende qu’il espère être malgré ses nombreuses réalisations. Ses grands objectifs de vie sont pourtant encore une fois couchés sur papier et il les atteindra au final comme il l’avait prévu.

Mon plus grand et unique objectif.

Moi, Bruce Lee, serai la première superstar Orientale la mieux payée des États-Unis. En retour, je serai l’auteur des performances les plus incroyables, et donnerai le meilleur de mon jeu d’acteur. À partir de 1970, j’atteindrai la célébrité mondiale et à partir de là, jusqu’à la fin de l’année 1980, j’aurai en ma possession 10 millions de dollars. Je vivrai comme il me plaira et détiendrai également l’harmonie intérieure et le bonheur.

Bruce Lee

Qui a dit que le slip moulant était démodé ?

10 ans en 6 mois ?

Notre vérité d’aujourd’hui ne sera pas celle de demain et c’est bien normal. Nous évoluons. La vie est en perpétuel mouvement.

L’important est donc de valoriser notre temps qui nous est compté sur notre belle planète bleue (et pleine de plastique par endroits). Et pour l’utiliser au mieux, il n’y a pas d’autre moyen que de posséder un système de valeur propre à notre existence.
À l’image de Monsieur Lee (Bruce de son prénom), avoir un but que vous vous efforcez d’accomplir, une mission de vie à laquelle vous vous dédiez pleinement vous permettra de commencer à vraiment valoriser votre temps et à l’utiliser sciemment.

À l’inverse, Jim Collins dirait :

« Si vous avez plus de 3 priorités alors vous n’en avez aucune »

Et pour ma part, je dirais que vous ne pouvez pas avoir de priorité si vous n’avez pas bâti un système de valeurs de ce qui compte vraiment pour vous.

De cela découlera tout le reste et de nombreux éléments s’aligneront parmi lesquels : un désir de vivre (bien évidemment) et une volonté d’apprendre et de progresser.

Elon Musk a dit un jour :

« Arrêtez d’être patient et commencez à vous demander : “comment puis-je accomplir mon plan de 10 ans en 6 mois ?” — vous échouerez sûrement mais vous progresserez bien plus que la personne qui aura accepté de le réaliser en 10 ans. »

Afin d’accomplir vos objectifs plus rapidement :

  • Trouvez quelque chose qui vous motive et qui résonne en vous.
  • Apprenez et formez vous continuellement. Dénichez les meilleures compétences chez les meilleurs formateurs et mentors qui vous feront progresser et investissez en vous.
  • Inscrivez vous dans une dynamique d’expérimenter immédiatement ce que vous avez appris en étant prêt à échouer constamment tout en tirant les enseignement qui s’imposent.
  • Mettez vous des échéances courtes.

Même si vous avez un job à temps plein et 3 enfants, vous pouvez atteindre votre plan de 10 ans en 6 mois. Du moins faite comme si ;-)

Une lettre de moi à moi, par moi et pour moi…

Bon, et si vous écriviez votre histoire, là maintenant, à la manière de Bruce Lee ?

Vraiment, prenez vous au jeu ! Prenez une feuille blanche, penchez-vous dessus et commencez à établir quelques réalisations futures souhaitées. Peut-être pouvez-vous même commencer par écrire une lettre à votre futur-vous dans un an ?

D’ailleurs, posez-vous la question suivante : « Que vais-je faire cette année pour être fier de moi dans un an ? »
Si vous avez du mal à y répondre, alors posez-vous la question inversée. Projetez-vous dans un an et demandez-vous ce que vous feriez à cet instant précis concernant vos souhaits d’accomplissements.

Trois étapes ici :

  • Primo, matérialisez concrètement votre accomplissement désiré; sinon vous ne saurez pas où aller. Nul besoin nécessairement d’être hyper précis. Clarifiez votre vision ou vos objectifs. Visualisez-les au mieux pour en définir les contours. D’ailleurs, si la marche paraît trop haute, décomposez en objectifs intermédiaires. La méthode des petits-pas et l’amélioration continue restent clés ici pour atteindre n’importe quel objectif.
  • Deuxio, définissez une échéance. Prenez un an par exemple pour commencer.
  • Tertio, définissez le rétro planning et décomposez en petites actions réalisables.

Voici un exemple illustratif reprenant ces étapes :

Si votre souhait est de faire de la montagne et que vous êtes novice en la matière, la question est : Que pouvez-vous faire cette année pour que votre “futur-vous-annuel” la considère comme une réussite sur ce plan ?

  • Parlez-vous ici d’un trek de 7 jours dans le massif de la Vanoise en autosuffisance ? De gravir un premier glacier ? Ou plutôt de passer la barre des 4000m d’altitude ? Chacun possède une vision différente du succès. Définissez la votre tout en restant ambitieux et réaliste à la fois.
  • Quand allez-vous le faire ? Cet été. Si oui, alors faites un rétro planning et posez vous toutes les questions nécessaires à la réalisation de l’objectif : quel matériel, quel itinéraire, quel guide de montagne, quel budget, quel entrainement, etc.

La même logique s’appliquerait pour apprendre une langue : cela signifierait-il simplement de suivre des cours, d’atteindre un niveau B2, de voyager dans le pays, d’entretenir une correspondance ?

Du concret, du concret, rien que du concret.

Cher futur moi… Un effet cathartique !

Pour ma part, je vous recommande chaudement de prendre un rendez-vous avec vous-même et de vous écrire une lettre. Si l’exercice vous est difficile, peut-être pouvez-vous vous projeter dans le temps et vous demander ce que vous feriez à cet instant précis ? Un peu comme un renvoi à ma toute première question de cette dilogie : “que diriez-vous à l’enfant que vous étiez ?”

Faire cette exercice a un effet cathartique et m’a grandement aidé à déterminer mes buts et mes missions de vie. Le site futureme permet d’ailleurs de s’envoyer des emails à une échéance fixe et c’est un sentiment étrange que de recevoir une lettre de soi-même à un échéance prédéfinie.

Le mieux reste d’imprimer votre écrit et de le placarder au mur afin de l’avoir sous les yeux tous les jours.

Il y a une causalité certaine entre « se sentir connecté à son future soi » et « prendre des décisions axées sur le plus long terme ». Cette exercice a pour effet d’orienter vos choix vers votre future-vous et d’influencer positivement vos décisions d’aujourd’hui. Vos décisions de vie s’en verront ainsi plus saines.

Comme un objectif peut prendre différentes formes, le visualiser permettra de le matérialiser dans la vie et les actions que vous définissez seront dirigées vers lui. D’ailleurs, c’est un bon curseur car si vous n’êtes pas motivé pour passer à l’action c’est peut être parce que votre objectif ne vous correspond pas.

Par la suite, lorsque vous vous détournerez de ce qui compte vraiment dans votre vie, jeter un coup d’oeil à cette liste vous permettra de réaligner certaines choses et de faciliter des prises de décisions.

Vous avez plusieurs futurs possibles mais c’est celui que vous mettrez en œuvre qui se matérialisera.

Le meilleur moyen de prédire le futur, c’est de le créer.

Alors, qu’allez-vous faire aujourd’hui pour être fier de vous ce soir ?

Le bon moment n’existe pas, il se créé.

Sources de la dilogie — “Des nains sur des épaules de géants” : Cédric Klapisch, Bronnie Ware, Oscar Wilde, Bruce Lee, Derek Parfit, Elon Musk, Jim Collins.

--

--

--

CEO of Kontre Kourant — Brain lover & Ultra runner

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Baptiste Michel

Baptiste Michel

CEO of Kontre Kourant — Brain lover & Ultra runner

More from Medium

Gender Roles, Mental Health & “Fate”, Oh my!

Zairp Review — Write, Optimize, Post & Rank Content! REALLY?

4 Marvelous Superhero Darker Side Tees That Will Blow Your Mind

12 Life Lessons For My 21 Year Old Self (From My 31 Year Old Self)